L’alcool en Tunisie depuis 2011 : Une révolution ?

 

Par Nessim ZNAIEN.

 

Les printemps arabes, marqués en Tunisie par la chute du régime de Ben Ali, ont révélé des tendances sociales présentes depuis longtemps dans les sociétés de la région, et accéléré en même temps des phénomènes plus ou moins latents. Alors qu’un sociologue comme Emmanuel Buisson-Fenet montre bien que dans le Tunis des années 2000, la consommation d’alcool était réelle, mais entourée de codes, de tabous et d’une surveillance policière aigüe[1], l’événement révolutionnaire a pu changer la donne dans ce même pays, initiateur des printemps arabes. Le rapport à l’autorité policière a pu évoluer depuis 2011, en même temps que s’affirmaient de nouveaux courants de pensées, largement brimées par le régime précédent, issus de l’islam politique. Comment peut-on comprendre la nouvelle donne sociétale de la Tunisie post-2011 au prisme de l’alcool ?

 

L’alcool coule à flot ?

Un constat saute aux yeux dans la Tunisie d’après 2011 : la consommation d’alcool semble en nette hausse en Tunisie : de 20 à 30% selon les alcools. La Tunisie est régulièrement située parmi les pays d’Afrique consommant le plus d’alcool, et se situe à la tête des pays du nord de l’Afrique consommant le plus d’alcool[2]. Cette consommation reste environ cinq fois moins importante qu’à l’époque du Protectorat en ce qui concerne le vin (environ 3 litres par habitant et par an contre 15 il y a cent ans), mais environ équivalente en ce qui concerne bière, 6 litres, boisson s’étant considérablement en Tunisie depuis soixante ans.

La consommation tire la production d’alcool à la hausse, comme en témoigne la florissante Société Frigorifique de Bière (SFBT), actuellement la plus grande capitalisation boursière à la bourse de Tunis. La production de vin n’est pas en reste : le nombre de cave et la qualité de conservation du vin a considérablement augmenté depuis une quinzaine d’années, de nombreux domaines s’appuyant comme depuis la création de la viticulture moderne fin XIXe sur une main d’œuvre en partie composée par des Tunisiens musulmans et par des Siciliens[3]. Si l’immense majorité du vin reste en Tunisie, plus d’un million de litres est envoyé chaque année en Europe, représentant toutefois comme au temps du Protectorat, l’âge d’or de la viticulture en Tunisie, une activité économique largement marginale à l’échelle du commerce extérieur tunisien, la faute notamment, comme il y a 80 ans à des taux de change relativement défavorables entre la Tunisie et la France.

De manière assez symptomatique, cette augmentation de la consommation d’alcool est majoritairement vu dans la presse comme un signe d’angoisse existentielle, la réponse pathologique à un contexte sociétal de stress postrévolutionnaire, incitant les gens à trouver dans l’alcool un refuge à leurs problèmes quotidiens. Personne ou presque ne propose une grille de lecture d’inspiration plus libertaire, où le contexte de la société tunisienne post 2011 encouragerait les individus à ressentir moins le pouvoir coercitif d’autorités normatives obligeant à respecter certains codes alimentaires, comme le fait de ne pas boire ou de boire de manière cachée.

 

Vague prohibitive

Face à ce nouveau phénomène, sans doute lié au contexte révolutionnaire, la consommation d’alcool cristallise les oppositions. Une vraie vague prohibitive a pu s’observer, notamment lorsque le parti islamiste d’Ennahda était au pouvoir entre 2011 et 2013. Des débits de boissons avaient par exemple fermé à Sidi Bouzid sous la pression de certains groupes salafistes[4]. Certains quartiers nouvellement construits, notamment par des investisseurs quataris, comme le quartier des Berges du lac à Tunis interdisent purement et simplement la présence de débit d’alcool. Le premier ministre en personne, Hamadi Jebali, avait déclaré en marge d’une visite en Arabie saoudite en mars 2012 que la fermeture des débits de boissons en Tunisie n’était qu’ « une question de temps »[5].

Si depuis la pression s’est sans doute légèrement relâchée, des voix continuent de s’élever contre les consommateurs. En avril 2017, à quelques semaines du ramadan et alors que le gouvernement de Youssef Chahed était vertement critiqué, le Conseil tunisien des syndicats nationaux des imams et des cadres des mosquées avait demandé la fermeture de toutes les boites de nuit et des points de vente de boissons alcoolisées[6], sans succès cependant.

Atermoiements gouvernementaux

Car en effet, derrière des déclarations fracassantes, les mises en pratique restent relativement hésitantes. Les taxes sur les alcools constituent un spectaculaire exemple : drastiquement augmentés par les islamistes en 2013, celles-ci avaient été divisés par cinq trois ans plus tard, grâce à l’apport des voix de ces mêmes députés islamistes. Depuis, certaines de ces taxes ont été remontées, mais seulement pour les alcools produits à l’étranger, trahissant davantage une politique protectionniste de soutien aux alcools fabriqués localement, qu’une véritable volonté prohibitive, qui tenterait de limiter la consommation générale d’alcool. La politique de taxation des alcools forts, si elle ne rapporte que des recettes relatives, au vu de la niche que représente ce type de produit, reste consensuelle politiquement pour des raisons de santé publique, au même titre que peut l’être la taxation de cigarette en France.

En réalité, alors qu’en théorie, il est interdit de servir de l’alcool à des Tunisiens musulmans depuis 1913 et la période coloniale[7], ce produit reste sans doute un tabou dans l’action publique. Il existe peu de structures adaptées pour traiter des addictions à l’alcool : le principal centre de désintoxication, l’espoir a fermé en 2011. Reste le CEA dédié à tous les types d’addiction, mais doté de peu de moyens. Dans ce centre, seul 3% des patients étaient traités pour une addiction à l’alcool, taux identique à celui des « alcooliques » dans l’hôpital psychiatrique de Tunis sous le Protectorat français[8]. Que l’administration soit coloniale ou tunisienne, les politiques de santé publique restent très hésitantes sur l’alcool, car reconnaître un problème public reviendrait à reconnaître l’échec d’un gouvernement en place à juguler l’alcoolisme. Seuls les députés ont timidement suggéré dans le projet de budget de santé 2018 en décembre dernier la création de centres de prévention de la toxicomanie et de l’alcoolisme, sans pour autant donner des moyens suffisants[9]. Pourtant des questions sanitaires demeurent. Comme ailleurs, en Libye[10], Turquie[11] ou Iran[12] des affaires d’alcool frelaté font régulièrement surface, incitant le ministère de la santé tunisien à sortir un communiqué d’avertissement contre la consommation de ce type de boisson en avril 2013[13], sans lendemain.

La faiblesse concrète de la mise en œuvre de politiques prohibitive s’explique par ailleurs par des raisons internes au commerce de l’alcool. L’interdit théorique peu respecté, le faible nombre de licences de débits de boissons accordés, mais également le faible nombre d’arrestation permettent, comme au temps du Protectorat de faire marcher les affaires. Des groupes peuvent mettrent la main sur le commerce illicite, pratiquer le trafic de licence, depuis les petits gangs de province[14], jusqu’aux plus grandes notabilités régionales[15] ou nationales[16].

 

Vers un alcool valorisé

A l’inverse même de l’idée d’une prohibition de l’alcool, la Tunisie des années 2010 connaît même la valorisation de certains types d’alcool, encouragée par des politiques actives de marketing de certains alcooliers.

Un enjeu économique et nationaliste transparaît dans un mouvement de patrimonialisation, qui valorise la création de certains types d’alcool fabriqués localement qui mettraient en scène une origine et une identité locales. C’est le cas de la bière BERBER, créée en Tunisie après la révolution pour concurrencer la marque CELTIA, implantée localement depuis longtemps dans le pays. Son prix très compétitif (à peine plus de 1 dinar) et ses couleurs, comme pour la CELTIA, rappellent le rouge et blanc des couleurs nationales tunisiennes[17]. Cependant, le faible succès commercial de la marque relativise ce type de techniques pour attirer vers une consommation d’alcool moins culpabilisante, dans un pays où l’immense majorité de la population est très faiblement consommatrice d’alcool.

Le patrimoine viticole n’est pas en reste, et depuis le début de l’année 2018[18], un circuit viticole « tuniso-sicilien » est mis en place pour valoriser le patrimoine antique, dans le cadre de la recherche de nouvelles formes de tourisme, héritées notamment de la crise économique de 2008. Par prudence, la consommation des vins est inscrite plus généralement dans un circuit de dégustation de produits romains, qui lui-même répond à une demande politique : Dans le contexte d’une montée en puissance du parti politique islamiste Ennahda, et du courant de l’islam politique, l’enjeu est également de valoriser un roman national préislamique. La ficelle était déjà bien connue de l’ex-dictature Ben Ali, qui avait survalorisé l’héritage carthaginois comme contre-modèle idéologique des opposants politiques numéro un.

Cette patrimonialisation du vin, qui s’inscrit dans un contexte mondial de valorisation du local et du terroir, que l’on observe également en Europe depuis une quinzaine d’année n’est cependant pas nouvelle. On observe le même phénomène dans l’histoire de la Tunisie du Protectorat. L’office du vin mis en place à partir de 1927, puis la labellisation des vins dans le cadre des AOC, comme le muscat de Kelibia ou de Carthage mettaient un terroir viticole au service d’une propagande économique. La plupart des noms de vins tunisiens comme le Magon, en hommage à l’agronome carthaginois du IIIe siècle av J.C, date d’ailleurs de cette période. La revalorisation actuelle du patrimoine viticole en Tunisie en lien avec l’antiquité, grande actualité de ce printemps 2018, n’est qu’une remise en route cyclique d’un mouvement déjà observable dans la Tunisie des années 1930[20]. Ce que l’on observe pour le vin est également vrai à une autre échelle pour la Boukha, l’eau-de-vie de figue, dont la version moderne est industrialisée par les frères Bokobsa[19], et qui tout au long du vingtième siècle, jusqu’à aujourd’hui constitue un élément identitaire fort d’une partie de la communauté juive de Tunisie.

 

 

 

[1] BUISSON-FENET, Emmanuel, « Ivresse et rapport à l’occidentalisation au Maghreb », Egypte/Monde arabe, Première série, n° 30-31, 1997, mise en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 05 août 2014.

 

[2]“La Tunisie, le 1er pays d’Afrique du Nord en matière de consommation d’alcool selon l’OMS », in Huffington post Maghreb, 3 Septembre 2017, https://www.huffpostmaghreb.com/2017/08/30/tunisie-consommation-dalc_n_17866540.html. Consulté le 14 mai 2018

[3]Voir par exemple le domaine Néferis, près de Grombalia. Visite effectuée le 22 mars 2016.

[4]« A Sidi Bouzid, les islamistes en guerre contre l’alcool », in Le Figaro, 30 mai 2012.

[5]« Tunisie : l’alcool dans le collimateur d’Ennahda », in Afrik.com, 27 décembre 2012, http://www.afrik.com/tunisie-l-alcool-dans-le-collimateur-d-ennahda. Consulté le 14 mai 2018.

[6]« En Tunisie, l’alcool est tabou, pourtant il coule à flot… », in geopolis.francetvinfo.fr, http://geopolis.francetvinfo.fr/en-tunisie-l-alcool-est-tabou-pourtant-il-coule-a-flot-154769, consulté le 14 mai 2018.

[7]Article 326 code pénal tunisien.

[8]Voir sur ce point ZNAIEN, Nessim, Les raisins de la domination. Histoire sociale de l’alcool en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956), chapitre 8.

[9]
[9] « Santé mentale, toxicomanie et alcoolisme, centres d’intérêt des députés », in La presse, 5 décembre 2017.

[10]“Au moins 51 morts à cause d’alcool frelaté en Libye », in Le monde, 11 mars 2013.

[11]
[11] Vahid Mirzaee, Zahra Riahi, Zahra Sharifzadeh, Moein Kardoust Parizi, Amir Adineh Pour, “Survey of Methanol Poisoning Epidemic in Rafsanjan City in Year 2013”, Internal Medicine and Medical Investigation Journal, vol. 2, n° 3 (août 2017).

[12]Ömer Kurtaş, Kemal Yavuz İmre, Erdal Özer, Muhammet Can et alii, “The Evaluation of Deaths Due to Methyl Alcohol Intoxication”, Biomedical Research, 12 janvier 2017.

[13]«Tunisie : Mise en garde contre la consommation d’alcool frelaté », in directinfo.webmaangercenter.com, 28 mars 2013, https://directinfo.webmanagercenter.com/2013/03/28/tunisie-mise-en-garde-contre-la-consommation-dalcool-frelate/. Consulté le 14 mai 2018.

[14]Comme à Grombalia, dans des groupes pratiquant également le vol de Bétail. Voir « Grombalia, démantèlement d’un gang vendeur de bétail », Al Sabah, 28 janvier 2015 [en arabe].

[15]« Une embuscade permet l’arrestation du plus grand vendeur de vin à Hammam-Sousse, Al Sabah, 26 décembre 2014.

[16]« Salariés millionnaires. Comment ? », in La presse, 27 juillet 2017.

[17]« Heineken lance « Berber », une bière 100% concurrente à la celtia », in webdo.tn, http://www.webdo.tn/2014/02/23/heineken-lance-berber-biere-100-concurrente-la-celtia/. Consulté le 14 mai 2018.

[18]« Sur les chemins de la vigne et de la Gastronomie », La Presse, 18 avril 2018.

[19] Voir ZNAIEN, Nessim, Les raisins de la domination. Histoire sociale de l’alcool en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956), Thèse de l’Université Paris I, 2017, p. 117 et suivantes.

[20]Voir ZNAIEN, Nessim, « Le vin et la viticulture en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956) », in French colonial studies, vol 26 (2), 2015, p. 140-151.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.