L’ALCOOL ET SES ENNEMIS DANS LES MONDES MUSULMANS : HISTOIRES, RITES, NORMES ET CIRCULATIONS TRANSNATIONALES

Par le comité de rédaction

 

Introduction. Islam et alcool, entre doxa, transgression et espaces d’acceptabilité :

 

Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, l’alcool a été l’objet de processus normatifs contrastés au nom de considérations religieuses et sanitaires à travers les mondes musulmans. La mobilisation de l’interdit sur l’alcool, jamais absent des sociétés musulmanes, a accompagné l’expansion transnationale de la da’wa (prédication) islamique. Les débats sur l’alcool ont aussi été portés par des discours nationalistes de contrôle et de criminalisation des boissons alcoolisées, mais aussi de promotion de boissons “nationales”, face à la colonisation ou avec la construction d’Etats-nations. Mais alors que l’étude en SHS des multiples dimensions de l’histoire et des usages de l’alcool connaît un développement croissant, le monde musulman reste relativement sous-étudié dans ce contexte, comme si les études sur l’alcool avaient assimilé les deux énoncés trompeurs selon lesquels les musulmans sont abstinents et l’alcoolisme est une maladie de l’industrialisation.

 

A l’origine de ce carnet, il y a une réflexion commune d’un groupe de chercheures et chercheurs sur le fonctionnement enchâssé des différents systèmes de normes anti-alcooliques, religieuses, politiques et sanitaires dans le monde musulman contemporain. Il y a également l’ambition, à partir d’une documentation et d’observations qualitatives sur les pratiques du boire, de rendre compte de leur fonctionnement jusque dans leur détournement.

Alcool et islam : l’articulation – comme une dialectique des incompatibles – semble une évidence. L’islam réprouve l’alcool, l’islam prohibe l’alcool – telle est la doxa. Et cependant, fait têtu, on boit dans les mondes musulmans. Plus que ce paradoxe apparent du sens commun, c’est le peu d’intérêt scientifique pour l’alcool, de la production au boire, qui a de quoi étonner, alors que les études sur l’alcool ont pris les proportions d’un véritable champ disciplinaire pour le reste du monde. L’état de l’art fait apparaître dans la bibliographie à la fois des conceptualisations problématiques et des lacunes importantes. Conceptualisations problématiques du côté du fonctionnement juridique de la norme, car l’interdit islamique contre l’alcool a été considéré de façon inadéquate comme partie intégrante de la loi islamique, alors qu’il existe au sein de celle-ci un espace bien circonscrit au sein duquel la circulation de l’alcool est licite, quoiqu’encadrée, ce que manifeste l’autorisation aux commerçants non musulmans d’en vendre. En ce sens, la circulation de l’alcool produit de l’interreligieux et nous proposons d’analyser ces liens. A cette idée, il faut ajouter que l’islam n’est pas non plus un ensemble homogène et que l’interdit et la transgression y sont imposés et vécus de manières très diverses. Tout questionnement sur la consommation d’alcool dans les mondes musulmans doit donc prendre en compte le fait qu’il s’agit d’un phénomène à la fois normal et transgressif, et que les régimes prohibitionnistes sont l’exception. Si la diffusion de l’alcool a pu être associée à une sécularisation des institutions, ou devenir un marqueur idéologique, ou être considérée comme un fait de culture, il n’y a pas de corrélation rigoureuse entre adhésion religieuse et condamnation ou abstinence.

Mais l’alcool est non seulement conciliable avec la pratique religieuse, mais, dans la diversité des formes de pratiques de l’islam, il est intégré sur des modes divers au rituel, tant dans le soufisme que dans certaines sectes de l’islam. De même que l’approche par la loi islamique est insuffisante pour comprendre l’interdit sur l’alcool et ses modes de mise en oeuvre, de même l’approche par les doctrines ne révèle qu’une partie des conditions de consommation par les soufis (bektachis notamment), les alévis ou les alaouites. Interroger les circonstances de consommation de l’alcool en contexte religieux peut éclairer la manière dont les normes religieuses fonctionnent dans des milieux sociaux différenciés à l’intérieur de l’islam. Comprendre l’organisation religieuse autour de la consommation d’alcool est, à son tour, une condition pour rendre compte de la réception des injonctions médicales et des politiques anti-alcooliques, surtout lorsqu’elles sont perçues comme le masque d’une volonté normative d’inspiration religieuse.

 

Nous limiterons dans le cadre du programme Bourgeon la recherche aux mondes musulmans méditerranéens et au Moyen-Orient et à l’étude des systèmes normatifs encadrant l’alcool dans un premier temps. A terme, l’objectif est d’étendre le champ de la recherche en évaluant l’incidence de l’interdit religieux sur les politiques de santé publique et de prévention des risques sociaux, par un survey de la littérature spécialisée ; en incluant dans la recherche la production et les circuits de diffusion de l’alcool ; en considérant l’ensemble des dimensions de la consommation, au-delà de son aspect transgressif des normes ; et en élargissant l’étude à l’ensemble des mondes musulmans.

 

Qui sommes-nous ?

 

En amont de ce carnet, il y a, disions-nous, un projet commun, financé par le programme Bourgeon de l’Université Jean Moulin – Lyon 3 pour l’année 2018. Si le financement est limité dans le temps, nous nous inscrivons dans la durée. Notre ambition est de contribuer à stimuler des recherches  à la croisée des disciplines, sur un champ qui nous apparaît à tous, témoins au fil de nos terrains des crispations autour de l’alcool et de sa consommation tendanciellement de plus en plus commune, en particulier dans la jeunesse, comme un vaste champ de recherche sous-exploré. Nous sommes également éminemment conscients que l’alcool est aussi une réalité économique qui demande à être interrogée, et peut prendre les proportions d’un problème public pressant. Nous espérons que nos recherches jetteront une lumière sur ce phénomène social, bien au-delà des micro-faits médiatiques qu’ont pu être, pour ne considérer que la période récente, l’annonce de la consommation d’alcool et de substances psychoactives par des militants de l’Etat islamique en Syrie et en Irak, ou celle d’une « épidémie » d’intoxications fatales au rakı à Istanbul fin 2015. (http://www.charentelibre.fr/2015/11/05/alcool-frelate-en-turquie-28-morts,2025580.php )

Parmi les chercheurs engagés dans le projet [avec chaque nom propre, placer un lien vers nos pages webs institutionnelles], Philippe Bourmaud a montré que la norme religieuse, dans l’entre-deux-guerres, s’était révélée un facteur moins important conduisant à des politiques de contrôle que les angoisses vis-à-vis de l’ordre colonial et l’intervention discrète mais normative de la Société des Nations, exportant ses recommandations anti-alcooliques des territoires sous mandat d’Afrique vers le Moyen-Orient. A Tunis et Casablanca, Nessim Znaien  montre que le rôle de l’Etat colonial revient lui aussi à une forme de normalisation dans laquelle les mêmes acteurs administratifs contribuent à créer des espaces de consommation et maintiennent le principe de l’encadrement légal de la consommation d’alcool. Marie Bonte met en évidence les territoires de l’alcool à Beyrouth dans l’après-guerre civile, et montre une économie politique moyen-orientale de l’alcool. Sylvie Gangloff met en perspective les débats politiques actuels autour de la consommation d’alcool en Turquie, lesquels occasionnent une “guerre culturelle” participant d’une polarisation générale de la société. Nicolas Elias, de son côté, a pu montrer que l’idée de transgression de l’interdit était structurante mais pas nécessairement inhibante de l’alcool, à travers son usage rituel par les confréries bektachies de Turquie. Elife Biçer-Deveci travaille sur les circulations transnationales des concepts “d’alcoolisme” et “de prohibition”, dans la Turquie et l’Iran depuis 1900.

 

Ce que nous souhaitons faire :

 

En premier lieu, cartographier les normes. Il s’agit pour une part de parcourir les sources religieuses dans leurs diverses langues (Coran et hadith-s en arabe, ouvrages de sciences islamiques et recueils de fatwa-s en turc, persan, français, anglais et allemand). Cependant, ce repérage demande à être complété par la législation et la réglementation étatiques, et par toutes les formes de collections et d’énonciation de normes traditionnelles, fondées ou non dans l’interdit religieux. Les mesures de prohibition ou de réglementation, les campagnes de mobilisation autour de l’alcool sont une réalité moderne, et un moyen de voir, au prisme des consommations, des transformations sociales plus larges.

 

En outre, initier des terrains d’enquête sur les normes et la transgression. Tout au long de 2018, nous allons enchaîner les missions de terrain, qui viseront en particulier à étudier les pratiques de consommation. Nous proposons de dépasser l’idée d’un conflit des normes et des pratiques pour repérer une dynamique des unes et des autres qui a contribué à produire les Etats modernes, et qui constitue une des impasses de la bibliographie. Ce carnet est aussi un lieu de publication d’états de recherche et de premières synthèses de ces terrains.

 

Egalement, monter un réseau scientifique. Ces tâches scientifiques seront complétées par une série de prises de contact, en vue de constituer un réseau scientifique qui s’étende à l’échelle de l’ensemble des mondes musulmans. Nous avons tous nos affinités électives régionales : Philippe Bourmaud avec les Territoires Palestiniens, Nessim Znaien avec la Tunisie et le Maroc, Marie Bonte avec le Liban, Sylvie Gangloff avec la Turquie, Elife Biçer avec la Turquie et l’Iran, Azita Bathaïe avec l’Iran et les diasporas afghranes, Nicolas Elias avec l’Anatolie et les Balkans. De fait, si nous formons le noyau d’une équipe de recherche en train de s’élargir, ce carnet sera également ouvert à d’autres chercheurs s’intéressant à l’alcool, chacune et chacun dans sa propre perspective.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search